Des platanes malades sont abattus dans plusieurs rues d’Aulnay-sous-Bois

A Aulnay-sous-Bois, les platanes tombent comme des mouches à cause d’une maladie parasitaire. © Ville d’Aulnay-sous-Bois

Une soixantaine d’arbres touchés par un parasite ont dû être abattus par la Ville. Ils seront remplacés au printemps par de nouvelles essences moins soumises à ces maladies endémiques.

Alors que la grippe fait rage en Île-de-France, nous allons aujourd’hui aborder un tout autre virus qui fait aussi ses ravages dans notre paysage: le phellin tacheté. Ce parasite agit en profondeur en s’attaquant à la structure du bois des arbres, au risque de causer des chutes. A Aulnay-sous-Bois, de nombreux platanes sont touchés et il n’existe aucun traitement curatif. Pour la sécurité des passants, une campagne d’abattage a été menée la semaine dernière avenue Jean Jaurès, entre l’allée de la Clairière et l’avenue Pierre Jouhet ; sur la route de Bondy, entre l’avenue du 14 Juillet et l’avenue Jules Jouy ; sur le boulevard Lefèvre entre les rues Jacques Duclos et Doudeauville. Ce sont pour ces mêmes raisons qu’un platane a dû être abattu cet été sur le boulevard de Strasbourg.

Une soixantaine de platanes, âgés de 90 ans et plus, ont disparu du paysage. Un arbre sur trottoir n’est malheureusement pas éternel car il se développe dans un environnement urbain compliqué, victime d’accidents, de dégradations et aujourd’hui d’attaques parasitaires. Sa durée de vie moyenne oscille d’ordinaire entre 60 et 80 ans.

Une campagne de plantation aura lieu au printemps

Malgré les désagréments que peuvent occasionner les arbres d’alignement, tels que les feuilles mortes à l’arrivée de l’automne ou le manque de place pour se stationner, ces arbres font partie de notre paysage commun et incarnent la nature en ville. Les Aulnaysiens sont plus que tout attachés à la conservation de ce patrimoine végétal de qualité. Ainsi, la municipalité a décidé de replanter des arbres au printemps prochain, et même dès le mois de février, pour compenser ces pertes.

En lieu et place des platanes, les services de la Ville ont fait le choix de diversifier la palette végétale présente, à la fois pour des raisons esthétiques mais aussi pour limiter les risques de maladies endémiques. De essences nouvelles feront ainsi leur apparition : Charmes Frans Fontaine, Parrotia Persica ou encore Pruniers à fleurs. 135 arbres vont être replantés sur l’ensemble de la Ville durant les prochains mois.

1ère soirée concert pour la jeunesse le 23 décembre à la salle Pierre Scohy

Marwa Loud partagera la scène avec Vegeta du groupe « La Synesia » dans une soirée animée par Derka. – © DR

Les services de la Ville d’Aulnay-sous-Bois organisent une première soirée concert à destination de la jeunesse, le samedi 23 décembre prochain, en présence des artistes Marwa Loud et Vegeta.

Il y avait jusqu’à présent les bals du dimanche, désormais il faudra aussi compter sur les soirées jeunesse ! Les services de la Ville d’Aulnay-sous-Bois organisent fin décembre une première soirée concert à destination de la jeunesse.

Ainsi, la soirée organisée à la salle Pierre Scohy permettra d’accueillir deux artistes du moment ! Cet événement sera animé par Derka, célèbre animateur de l’émission « Génération Hit Machine » sur W9, et mis en musique par le DJ local « DJ MANDEW ».

Marwa Loud et Vegeta en tête d’affiche !

Dès 20h, vous pourrez assister à un showcase de Marwa Loud, artiste féminine du moment avec son titre à succès « Mi Corazón » vu plus de 80 millions de fois sur Youtube ! Elle partagera aussi la scène avec VEGETA, leader du groupe à succès LA SYNESIA.

Soirée jeunesse, samedi 23 décembre 2017 dès 20h à la salle Pierre Scohy, rue Aristide Briand. Entrée : 2€. Prévente au Nouveau Cap : du 18 au 22 décembre de 15h30 à 17h ou réservation à l’Office de Tourisme : du Mardi au vendredi : 9h-13h/14h-17h30 Samedi : 10h-13h/14h-18h – Dimanche : 10h-13h

Chantiers du Grand Paris Express : la Société du Grand Paris s’engage en matière d’emploi et d’insertion

Signature de la convention de partenariat par Messieurs Bruno BESCHIZZA et Philippe YVIN le 7 décembre dans les locaux de Paris Terres d’Envol. – © Paris Terres d’Envol

Les chantiers du Grand Paris Express à Aulnay-sous-Bois et dans les villes voisines devront bénéficier à l’emploi, l’insertion et au développement économique. Une convention a été signée la semaine dernière entre la Société du Grand Paris et les villes du territoire Paris Terres d’Envol.

Jeudi 7 décembre dernier, les villes du territoire Paris Terres d’Envol et la Société du Grand Paris ont acté le renforcement de leurs axes de collaboration par une convention de partenariat pour le développement de l’emploi sur le territoire. Cette convention, qui est une première dans le département de la Seine-Saint-Denis, a été signée par Messieurs Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois et Président de Paris Terres d’Envol et Philippe YVIN, Président du Directoire de la Société du Grand Paris.

La Société du Grand Paris, maître d’ouvrage du Grand Paris Express, souhaite faire de ces chantiers d’ampleur des opportunités d’emplois et de formations dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. A ce titre, elle sollicite les entreprises pour s’impliquer dans une démarche de responsabilité sociale. Les attentes des habitants des communes traversées par le futur métro du Grand Paris Express en matière d’emploi sont très fortes.

Des engagements en faveur des personnes éloignées de l’emploi et des TPE-PME

Cette convention aura un grand impact sur l’emploi des publics du territoire éloignés du marché du travail. La Société du Grand Paris introduit, d’une part, des clauses d’insertion grâce auxquelles 5 % du total des heures nécessaires à la réalisation des marchés sont réservées à un public éloigné de l’emploi pour lutter contre le chômage et l’exclusion et, d’autre part, des clauses TPE-PME aux termes desquelles 20 % du chiffre d’affaires généré par ses marchés de travaux sont confiés à des TPE-PME.

Conseiller les entreprises et mettre en place des actions d’insertion

Paris Terres d’Envol, territoire qui englobe les villes d’Aulnay-sous-Bois, Drancy, Dugny, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget, Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte, devient ainsi le pilote du projet et aura pour mission de conseiller et appuyer les entreprises, de mobiliser les acteurs de l’emploi et de mettre en place les actions d’insertion (suivre, contrôler, organiser et informer). Pour ce faire, il s’appuiera sur ses partenaires de l’emploi et de l’insertion présents dans les villes de son territoire, tels que la Maison De l’Emploi et la Mission Locale à Aulnay-sous-Bois.

Avec huit gares nouvelles, les villes du territoire Paris Terres d’Envol formeront un secteur qui devrait bénéficier le plus du nouveau réseau de métro automatique. Ces lignes permettront d’améliorer les dessertes entre les villes de la Métropole du Grand Paris.

Expo-vente du 9 au 15 décembre 2017 au foyer-club André Romand

Une expo-vente au profit du Centre Communal d’Action Sociale est organisée du 9 au 15 décembre au foyer-club André Romand.

Quand les seniors aulnaysiens ont l’envie de créer… c’est pour être au service de l’autre ! Une expo-vente est organisée au foyer-club André Romand samedi 9 décembre de 10h à 19h, puis du 11 au 15 décembre de 9h à 12h, et de 14h à 17h. Le produit de cette vente sera reversé intégralement au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) au bénéfice des actions à visée sociale destinées aux seniors de la Ville.

Complet ce dimanche à Prévert, l’humoriste Ahmed Sylla sera de retour à Aulnay au printemps prochain

&copy DR

L’humoriste Ahmed Sylla sera au Théâtre Jacques Prévert ce dimanche 10 décembre. Au grand dam de ses fans, il sera impossible de prendre des places en dernière minute : le spectacle affiche complet. Mais que les amateurs se rassurent, l’humoriste sera de nouveau à Aulnay-sous-Bois dans quelques mois.

Il est sans nul doute l’humoriste du moment ! L’humoriste nantais âgé de 27 ans sera à Aulnay-sous-Bois, sur la scène du Théâtre Jacques Prévert, ce dimanche 10 décembre. Son spectacle « Avec un grand A » affiche malheureusement complet à Aulnay-sous-Bois, malgré une tournée débutée en 2014. Près de quatre années durant lesquelles le jeune homme a réussi à se faire une renom dans le milieu de l’humour, un artiste qui
réussit aussi bien à avoir la tête sur les épaules que dans les nuages. L’enfance, l’adolescence, la maturité… tout y passe dans son spectacle rythmé où se mêlent autodérision, improvisation, poésie et finesse.

Mais les fans aulnaysiens de ce merveilleux artiste peuvent déjà se réjouir. Ahmed Sylla sera en effet de retour à Aulnay-sous-Bois au printemps 2018 sur la scène du Nouveau Cap à l’occasion du lancement de son nouveau one-man show « Ahmed Sylla a changé… son spectacle aussi ! ». En pleine création de son nouveau spectacle, l’humoriste vous invitera à vivre un moment drôle et touchant dans un cadre intimiste. Il s’y mettra en danger, se remettra en question en tentant de répondre à toutes sortes d’interrogations. La date de son passage au Nouveau Cap sera dévoilé dans quelques jours… alors patience 😉

Tentative d’agression à O’Parinor : deux individus interpellés

Des tâches de sang montrent la violence de la scène survenue ce mardi midi à O’Parinor – © Le Parisien/Thomas Poupeau

En fin de matinée ce mardi, deux hommes ont tenté de dérober le téléphone et le sac d’un cliente à l’aide d’un cutter. L’un des agresseurs s’est ensuite poignardé et a blessé un agent de sécurité. Deux individus ont été interpellés. Aucun pronostic vital n’est engagé.

Moment de panique ce mardi midi au centre commercial à O’Parinor. Deux hommes sont soupçonnés de vol. Ils ont tenté de dérober le téléphone portable et le sac à main d’une cliente à l’aide d’un cutter. Des cris ont été entendus, avant que l’un des agresseurs se soit poignardé. Alors que la sécurité de l’un des magasins souhaitait le contrôler, l’homme s’est enfui dans le centre commercial avant d’être rattrapé. « Il a dit aux vigiles qu’il allait se planter lui-même s’ils ne le laissaient pas » a confié la gérante d’une boutique à nos confrères du journal Le Parisien.

Sous le choc, la victime de la tentative de vol n’a toutefois pas été blessée. Aucun pronostic vital n’est engagé. Les deux agresseurs ont été maîtrisés par les vigiles, avant l’intervention des secours et de la police qui ont procédé à leur interpellation.

Contrairement à ce qui a pu être lu sur les réseaux sociaux, il n’y a pas eu de tirs dans le centre commercial. « La situation est revenue à la normale » précise la direction de O’Parinor.

Par ailleurs, le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza salue dans un communiqué la coopération des forces de sécurité : « Je tiens à féliciter les agents de sécurité privée ainsi que les forces de l’ordre, police nationale et municipale, pour leur intervention rapide et efficace au service de la sécurité des Aulnaysiennes et des Aulnaysiens ».

Quel avenir pour la Place Jean-Claude Abrioux ?

Certains l’appellent encore Place Camélinat, d’autres se souviennent de la Place des Écoles, mais aujourd’hui, son nom officiel et voté en conseil municipal est Place Jean-Claude Abrioux. Dans les quartiers sud d’Aulnay-sous-Bois, une place atypique par sa configuration et sa situation géographique est depuis plusieurs mois l’objet de toutes les attentions. La municipalité souhaite y faire un important projet de valorisation et d’aménagement. Certaines associations relaient des polémiques politiciennes sur la base de rumeurs et de contre-vérités. La rédaction de 93600INFOS.fr s’est penchée sur l’histoire de cette place marquée par de nombreuses évolutions.

Une Histoire passée des écoles à Jean-Claude Abrioux, en passant par Zéphirin Camélinat

La place Jean-Claude Abrioux est située à 600 mètres de la Gare d’Aulnay-sous-Bois, dans un espace historiquement commerçant et vivant des quartiers sud de la Ville. D’abord Place des Écoles, cette place s’est ensuite appelée Place Zéphirin Camélinat en hommage à un homme politique communiste français. Peu de temps après son élection, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, a fait le choix d’honorer la mémoire d’une grande figure locale en rebaptisant cette place. Depuis 2014, elle a donc pris le nom d’un de ses prédécesseurs, Jean-Claude Abrioux, décédé en 2011, et qui a marqué l’histoire de notre commune lorsque les réalités budgétaires étaient à l’époque bien différentes d’aujourd’hui.

Le secteur de cette place, installée à deux pas de la clinique de l’Est Parisien, du Parc Dumont mais aussi du collège Le Parc, fût historiquement marqué par une activité commerciale de proximité. L’avenue du 14 Juillet, la rue de la République, mais aussi l’avenue Dumont, la route de Bondy ou encore la Place Jeanne d’Arc formaient un grand pôle de centralité animé. « Avant la guerre, cette place était très animée. Elle faisait partie du quartier commerçant
d’Aulnay. (…) On y trouvait tout ce dont on pouvait avoir besoin. Il y a encore quelques arbres, mais il y pousse surtout des voitures car elle sert de parking » décrivait une habitante en 2006 dans l’ouvrage Regards sur Aulnay-sous-Bois. « Il n’y a plus cette animation que j’ai connue dans ma jeunesse et c’est bien dommage. Les commerces de proximité donnaient de la vie au quartier » peut-on aussi lire. Avant de devenir une annexe du collège Le Parc, le bâtiment en pierres de taille et en meulière situé aujourd’hui à gauche de la boulangerie fût autrefois une école et une mairie, illustrant une fois encore les nombreuses évolutions du quartier.

 

Autrefois, un manège en bois sur la place des Écoles

Des commerces qui animaient la vie du quartier 😍

Il y a encore quelques années, une mercerie, une librairie et de nombreux commerces de qualité se trouvaient dans le dit « quartier commerçant d’Aulnay ». Aujourd’hui, ce qui faisait le charme du quartier n’est plus, faute à une place aménagée aujourd’hui en un simple parking en surface glauque, trop fréquemment encombré par des voitures ventouses. Quelques commerçants accueillants sont bien encore présents sur place. Cependant leurs clients peinent à s’y rendre facilement. Le stationnement est difficile dans le secteur, pour les riverains comme pour les clients. Mal agencée, cette place n’évoque plus un esprit chaleureux et accueillant. Le cheminement des piétons, dont les passages quotidiens des élèves du collège Le Parc, n’y est pas sécurisé. Partant de ce constat amer, l’actuelle municipalité s’est interogée : comment redynamiser le secteur pour améliorer le quotidien des riverains tout en favorisant l’arrivée de nouveaux habitants ? Il s’agit de favoriser l’essor d’une clientèle future pour des nouveaux commerces de proximité. L’objectif est de redonner du cachet à cette place mais aussi de lui redonner une âme. Pour cela, la Ville dispose de plusieurs terrains autour de la place : un important legs, situé avenue Paul Langevin, mais aussi une demeure qui jouxte le collège Le Parc (annexe administrative Louis Solbes) acquise en 2014.

Aujourd’hui, la place a perdu son âme et la seule chose qui nous est donnée à voir ce sont des voitures qui y stationnent jour et nuit 😱

Un legs pour un projet à destination des enfants.

La Ville a en sa possession le terrain avenue Paul Langevin, légué par M. Pecoroni à son décès. Instituteur, celui-ci avait fait le choix de le léguer à la commune dans un but éducatif à destination des jeunes aulnaysiens. Ce legs prévoyait en contrepartie l’entretien de la chapelle funéraire du défunt par la commune, ce qui n’était pas effectué avant l’arrivée de l’actuelle municipalité. De plus, la commune dispose de la parcelle du 13 place Jean-Claude Abrioux, autrefois propriété de la famille d’une élue.

STOP INTOX ! 
L’ancien pavillon du 13 place Jean-Claude Abrioux, autrefois propriété d’un membre de la famille d’une élue, a fait l’objet d’une offre d’achat le 12 février 2014, avant les élections municipales. L’élu PS à l’urbanisme de la précédente majorité avait entretenu des discussions dès 2013 avec l’ancien propriétaire en vue d’acquérir le terrain. La vente a été conclue au prix des domaines.

 

Le Département ne souhaite pas agrandir le collège Le Parc

Avant 2012, l’ancienne municipalité avait dans l’optique de mettre à disposition ces terrains au Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis pour un éventuel agrandissement du collège Le Parc. Le projet d’agrandissement du collège n’est plus d’actualité depuis plusieurs années.

En effet, Claude Bartolone, président du Conseil Départemental entre 2008 et 2012, a lancé en 2010 un vaste plan de construction de collèges en PPP (partenariat public-privé). Dans ce programme : le 7ème collège d’Aulnay-sous-Bois. La Ville a alors acquis plusieurs terrains dans le quartier Nonneville, autour de l’ancien gymnase du Havre, pour les mettre à la disposition du Conseil Départemental pour la construction du collège Simone Veil, ainsi inauguré en septembre 2014 par l’actuel président du Conseil Départemental, Stéphane Troussel. Le nouvel établissement, qui comprend un complexe sportif neuf, peut accueillir jusqu’à 700 élèves.

La municipalité souhaite revégétaliser le centre gare

 

STOP INTOX ! 
Aujourd’hui, le Conseil Départemental n’a plus besoin d’agrandir le collège Le Parc. En effet, il rétrocédera à la Ville d’Aulnay-sous-Bois les 21 classes de l’annexe Barrault en 2018. Ceci montre bien que le Département n’a pas besoin d’agrandir le collège, sinon il ne donnerait pas ses terrains à la Ville. Dès que l’annexe Barrault sera à sa disposition, la Ville envisage de réutiliser le site pour créer un nouveau groupe scolaire afin de désengorger les écoles République et du Parc à proximité et qui sont aujourd’hui saturées.

 

L’ancienne municipalité avait un projet immobilier caché

En 2010, l’adjoint à l’urbanisme de l’époque a commandé des études pour créer dans le secteur de la Place Camélinat un éco-quartier, notamment sur la parcelle de l’annexe Barrault. En 2013, son successeur socialiste a lui travaillé sur une opération immobilière sur la parcelle de l’angle Paul Langevin/ex-Camélinat avec une entreprise locale.

Un plan datant de 2013, que nous avons pu consulter comme les associations Aulnay Environnement et Capade, montre un projet de crèche en rez-de-chaussée d’un immeuble. Le gestionnaire de la crèche était même trouvé. 27 logements devaient surplomber cette crèche sur plusieurs étages.

En 2014, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, a ainsi pris connaissance de ces différentes idées d’urbanisation et de densification prévues dans un quartier saturé, où le stationnement est déjà difficile avec la proximité immédiate du commissariat de Police Nationale et du collège Le Parc, mais aussi de commerces et services.

Il lui a semblé nécessaire de ne pas faire seulement des projets immobiliers dans ce secteur historique, mais plutôt un aménagement complet pour valoriser le patrimoine et redonner du cachet à la place Jean-Claude Abrioux.

STOP INTOX ! 
Pour l’actuelle municipalité, le terrain légué par M. Pecoroni pourrait servir non seulement à la construction d’une crèche, mais aussi à l’édifcation de logements pour des enseignants. Ceci permettrait alors de respecter un usage du terrain à destination de la jeunesse. C’est sur cette interprétation du legs que la justice a été saisie par les élus socialistes… qui avaient pourtant un projet similaire il y a quelques années !

 

C’EST DIT !
Le Maire assume de ne pas construire des logements sociaux supplémentaires dans une Ville qui en compte déjà plus de 38%, contrairement à ce qui pouvait être fait dans le passé. Souvenez vous de cette époque où la mixité sociale était imposée brutalement, sans concertation, avec la construction d’immeubles laids au milieu de quartiers pavillonnaires.

 

La nouvelle place, demain 😍

Un aménagement pratique, végétalisé, humain et beau

L’équipe municipale souhaite un parking souterrain pour désaturer le stationnement dans le quartier, et notamment les rues adjacentes, et ainsi faciliter la venue de clients dans les commerces actuels et futurs de la place. 110 places seront aménagées sur deux niveaux de souterrain. Les tilleuls et le stationnement ventouse en surface laisseront place à un espace minéral et revégétalisé dans l’esprit d’un éco-quartier moderne, suivant les aspirations d’un développement durable ambitieux. Cet espace piétonnisé deviendra le prolongement d’une coulée verte partant de la gare, jusqu’à cette place en passant par l’avenue Dumont et l’avenue de la République.

Pour réaliser cet aménagement, la municipalité veille à ne pas paralyser la vie des riverains. Pour cela, un parking est en cours d’aménagement rue des écoles, sur l’ancienne perception, en lieu et place de l’ancien Trésor Public. De plus, la base vie du chantier du parking souterrain sera installée sur le terrain du legs Pecoroni aujourd’hui démoli. Le fonctionnement du chantier sera similaire à l’utilisation du terrain de l’ancien centre des impôts dans le quartier Croix-Blanche. En effet, à l’occasion de récents travaux sur les réseaux d’assainissement avenue Jean-Jacques Rousseau, les entreprises ont pu utiliser le terrain vague situé à proximité pour stocker matériels et matériaux, sans trop bloquer le quartier durant les nombreux mois du chantier.

Préserver et valoriser le caractère résidentiel central du quartier

Un autre chantier s’affiche aussi sur cette place avec un projet d’immeuble à l’angle de la rue Louis Barrault et de la place Jean-Claude Abrioux qui fera face à l’immeuble Aubry, le plus vieil immeuble d’Aulnay-sous-Bois. Ce projet est porté par un acteur reconnu pour des réalisations de standing à Rueil-Malmaison (92), Meudon-la-Forêt (92), Rosny-sous-Bois (93), Perreux-sur-Marne (94) ou encore l’Île Adam (95).

Comme ces communes, Aulnay-sous-Bois a aussi le droit à du beau, dans le respect d’une harmonie urbanistique qui puisse s’intégrer au mieux dans le paysage aulnaysien. Ce type de résidence doit permettre d’élargir le parcours résidentiel aulnaysien et s’adresse à une jeune classe moyenne et des seniors qui, pour certains, ne se sentent plus en position d’assumer seul l’entretien d’un pavillon (pour des raisons de santé par exemple).

Cet immeuble offrira une architecture de caractère, avec des prestations haut de gamme, une décoration raffinée, avec balcons, terrasses, jardins privatifs, ascenseur, parking et des commerces au rez-de-chaussée.

Une place aérée, sécurisée et accueillante

L’humain doit revenir au cœur du quartier. La Place Abrioux doit redevenir un lieu de centralité : on imagine pour cela un quartier de vie pour toute la famille, en partant de la crèche Clémence Mentrel rue des écoles, puis du futur groupe scolaire rue Louis Barrault et du collège Le Parc rénové, sans oublier la future crèche à l’angle Paul Langevin/Abrioux.

Une subvention de la Région Île-de-France permettra à la Ville de végétaliser la place dans l’esprit de ce qui a été réalisé dans le passage souterrain de la gare, et de l’aménagement en cours aux abords de la rue Fernand Herbaut. Une fontaine verdoyante et resplendissante fera rayonner la place au cœur de la future végétalisation. Il sera aussi question de trouver de nouvelles essences végétales moins allergènes.

En tant que jeune aulnaysien, je pense ainsi que le Maire d’Aulnay-sous-Bois souhaite revaloriser le caractère d’antan de nos quartiers, pour qu’ils redeviennent attractifs, vivants et végétalisés, tout en y développant des commerces et services de proximité. Il est sensible aux spécifcités du quartier, marqué aujourd’hui par des diffcultés de stationnement et une proximité immédiate avec plusieurs équipements scolaires. Les aulnaysiens de tous les quartiers ont le droit à du bien, du beau et du bon permettant l’attractivité de la Ville et la préservation du caractère résidentiel des zones pavillonnaires. Je pense ainsi à la sauvegarde récente de la bâtisse du rondpoint Henri Dunant, de la Villa Pascarel au Vieux-Pays et de l’ancienne laiterie Garcelon, avenue du Clocher. Le Maire veut redonner une âme à cette place qui doit demain rayonner sur le secteur sud de la gare, et ceci sans aucune augmentation de nos impôts !

Alexandre Conan