M-5: La gauche locale implose et la droite s’envoie des lettres

Les 23 et 30 mars, les français se rendront aux urnes pour élire leur nouvelle municipalité. A cinq mois de cette échéance électorale, la gauche aulnaysienne implose  et souhaite donner une autre alternative que Gérard ségura et aux candidats de droite. Retour sur une pré-campagne explosive et politicienne !

Qui sera le pion de l’échiquier politique aulnaysien ? | Photo montage 93600INFOS (Images: (C)Guy Spielmann / (C)Florian Salesse)

Les élections approchent, les divisions s’affichent et les candidatures se multiplient. A quelques mois des municipales 2014, nous avons mené l’enquête sur le paysage politique local actuel et avons tenté de faire nos pronostiques. La tâche a été complexe mais possible.

Pour commencer, revenons sur les différentes annonces de candidature, que ce soit dans l’actuelle opposition municipale que dans la majorité élue en 2008 après plusieurs décennies de gouvernement à droite dans notre ville. En Janvier 2013, Jacques Chaussat annonce sa candidature aux élections municipales 2014 à Aulnay-sous-Bois. Le candidat UDI se dit alors « le candidat de la droite et du centre », un bras tendu pour une alliance avec un potentiel candidat UMP. Alors que tout le monde s’attendait à la candidature d’un élu aulnaysien, les hautes sphères de l’UMP ont nommé Bruno Beschizza en Mai dernier pour récupérer la mairie aulnaysienne. Candidat sécuritaire et bien ancré à droite, il s’annonce lui aussi comme un « candidat de la droite et du centre » mais aussi de la « société civile ». Tiens donc, un autre candidat récemment déclaré à savoir Alain Boulanger s’annonce également comme le candidat « de la société civile ». Mais que veut dire ce terme barbare et vague ? Nous avons mené notre enquête et cherché sur Wikipédia ce que voudrait dire cette expression à la mode: « La société civile est le domaine de la vie sociale civile organisée qui est volontaire, largement autosuffisant et autonome de l’État », en bref pas grand chose de nouveau. Vous l’aurez compris, la droite est divisée, s’envoie des lettres d’invitation au partage et au rassemblement mais personne ne franchit le pas.

Quid de la gauche ?

Si le maire sortant Gérard Ségura a commencé sa campagne au bal masqué il y a maintenant plus d’un an, il n’a annoncé sa candidature officielle que ce mois-ci dans une lettre adressée aux habitants. Il se dit le candidat d’un « large rassemblement à gauche » et a la volonté de « rassembler toutes les aulnaysiennes et tous les aulnaysiens ». Au milieu des manipulations politiques et des coups montés, des troubles fête se sont invités à gauche. Le Parti de Gauche a récemment déclaré par voie de communiqué « être favorable à une liste indépendante au PS » afin d’offrir « une alter­na­tive à gauche à la ges­tion de la muni­ci­pa­lité qui est aussi contes­tée par des élec­teurs tra­di­tion­nels de gauche ». Là aussi, la gauche est divisée et meurtrie. Durant ces 5 dernières années, la municipalité a laissé des plumes et essuyé de nombreuses polémiques politiques. Les écologistes ont préféré renoncer aux considérations politiques du maire et quitter le navire en 2010, deux adjoints mis au placard ont préféré abandonner leurs fonctions afin de monter une liste indépendante aux côtés de Alain Boulanger au conseil municipal.

En résumé, si les élections municipales se tiennent bien dans un peu plus de cinq mois, les jeux ne sont pas faits. Aucun camp politique ne s’annonce comme un favoris, certains se démarquent et d’autres créent la surprise. Des partis manquent encore à l’appel des candidats, nous pensons notamment au groupe EELV, au Front National et aux « petits candidats ». Si la pré-campagne a été lancée très précocement, l’horizon ne c’est pas dégagé pour autant. Vivement demain !



mm

Fondateur du site d'informations locales 93600INFOS.fr. Etudiant en communication.