Le ministre Manuel Valls en visite à Aulnay aujourd’hui

Cet après-midi, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls est attendu en terre aulnaysienne. Le ministre est attendu pour une visite dans la ville, passant par le commissariat de police Louis Barrault, les quartiers du Gros Saule mais aussi par la mairie où se tiendront des discours.

Manuel Valls est l'un des ministre les plus plébiscité des français pour sa politique sécuritaire, cependant la gauche le trouve dérangeant. | (C) Bertrand Guay/AFP
Manuel Valls est l’un des ministre les plus plébiscité des français pour sa politique sécuritaire, cependant la gauche le trouve dérangeant. | (C) Bertrand Guay/AFP

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls sera présent à Aulnay-sous-Bois ce lundi vers 15h pour une visite des différents quartiers de la ville. Le ministre tombe à pic dans une ville où l’insécurité reste présente, où les cambriolages augmentent, et ce malgré l’intervention des pouvoirs publics, en manque de moyens. Au programme de sa venue, le ministre rendra visite au commissariat rue Louis Barrault, avec notamment un passage en revue des locaux et un échange avec les personnels de police. Les forces de l’ordre présenteront au ministre et aux élus locaux la Zone de Sécurité Prioritaire, dont les quartiers du Gros Saule font partie. Justement, la visite du ministre programme aussi un arrêt dans ces quartiers jugés difficiles, notamment à cause des trafics de drogue avec le quartier des Beaudottes à Sevran. La journée devrait s’achever par quelques discours de Gérard Ségura (maire d’Aulnay-sous-Bois), Daniel Goldberg (député de la Seine-Saint-Denis) et Manuel Valls à l’Hôtel de Ville.

Pour Bruno Beschizza, candidat UMP aux élections municipales d’Aulnay-sous-Bois mais surtout ancien policier et préfet, les Zones de Sécurité Prioritaire ne sont pas des augmentations des moyens mis en oeuvre pour les français. Il y a quelques mois, il déclarait au site Atlantico: « Il n’y aura pas de création de nouveaux effectifs, mais seulement des redéploiements. Il s’agit avant tout de déshabiller Pierre pour habiller Paul. On fait rêver le peuple de gauche avec le retour d’une police de proximité, il n’en est rien. Le ministère n’en a pas les moyens. » Pour lui, « le problème de l’insécurité en France résulte de l’impunité dont jouissent les délinquants devant la justice. Nicolas Sarkozy n’a cessé de le dénoncer au risque de s’attirer les foudres des corps intermédiaires. Si Jean-Marc Ayrault avait vraiment eu la volonté et la capacité de donner un nouveau souffle à la justice, il aurait fait cosigner cette circulaire par Manuel Valls et Christiane Taubira. Seul une réponse pénale efficace permettra de mieux assurer la sécurité de nos concitoyens. Quand une personne est interpellée par deux policiers, ce n’est pas la peine de dire : « demain il faudra plus de policiers ! » Il faut simplement que la personne interpellée aille en prison. »