Les affiches pour communiquer pendant la campagne

Les élections municipales approchent et la bataille de la communication s’accélère. A quelques semaines du premier tour, faisons le point sur les moyens qu’utilisent les candidats pour communiquer auprès de la population. Cette semaine, découvrons comment Gérard Ségura, Jacques Chaussat, Bruno Beschizza ou encore Alain Amédro se partagent la place pour coller leurs affichettes.

En politique, la communication est importante et particulièrement pour des élections. En 2013, la Mairie de Dijon a fait le buzz avec sa campagne pour inciter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales. | (C) Ville de Dijon
En politique, la communication est importante et particulièrement pour des élections. En 2013, la Mairie de Dijon a fait le buzz avec sa campagne pour inciter les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales. | (C) Ville de Dijon

Le 23 et 30 mars prochains, les aulnaysiens seront appelés à se rendre aux urnes. Il faudra alors faire un choix pour élire ou réélire le maire de la commune. Depuis plus d’un an, les premiers candidats ont révélé leur candidature à ces élections et d’autres ont tardé à faire leur aveux public. A un mois et douze jours du premier tour des élections municipales, 93600INFOS vous propose un tour d’horizon des moyens de communication utilisés par les différents candidats pour faire parvenir leurs paroles aux aulnaysiens. Affiches, site web et blogs, tracts, réseaux sociaux,… tous les moyens sont bons pour parler de ses idées et mettre des bâtons dans les roues de ses concurrents. Cette semaine, découvrons le métier de colleur d’affiches et les moyens utilisés par les différents candidats aulnaysiens.

Les affiches doivent restent le plus longtemps possible

Durant une campagne électorale, les colleurs d’affiches se lèvent souvent très tôt à Aulnay, comme ailleurs, pour mettre la main dans l’eau et la poudre. Ils procèdent toujours par binômes « pour des questions de sécurité » expliquait un colleur d’affiches au journal Le Parisien il y a quelques jours, généralement entre « 5h et 8h » et plusieurs fois pas semaine. A Aulnay, il arrive leur arrive également de travailler en soirée, entre 17h et 18h. « C’est le matin, quand les gens vont au travail, que c’est le plus efficace. L’espérance de vie de nos affiches avant qu’elles ne soient recouvertes par celles des adversaires est de quatre à cinq heures » précise le colleur d’affiches qui confie avoir ses petites astuces. « Il faut du papier de qualité : plus il est épais, plus il est difficile à arracher ! Ensuite, on positionne nos affiches en haut à gauche, c’est là que notre œil à tous est psychologiquement orienté », estime-t-il. « En principe, seul l’affichage sur les panneaux d’expression libre est autorisé. Mais certains hors-la-loi ne se privent pas du coup de pub sur les conteneurs, les panneaux stop ou les façades d’immeubles » écrivait le journal, dans l’ignorance qu’à Aulnay-sous-Bois, d’autres techniques ont été trouvée (voir plus bas). Ce n’est qu’à partir du 10 mars et le lancement de la campagne électorale officielle que chaque liste disposera de son propre emplacement. Les affiches, elles, ne doivent pas être imprimées sur papier blanc, sauf si elles sont recouvertes « de caractères ou d’illustration de couleur ». De même qu’elles ne peuvent intégrer la combinaison bleu-blanc-rouge du drapeau français, à l’exception de « la reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique ». Interrogé par nos confrères, le candidat UMP à Creil (Oise), Michaël Sertain, affirme qu’il est inutile de venir coller pendant les marchés. Là-bas le samedi, c’est justement jour de marché et sur les panneaux à proximité du marché, ses équipes ne se présente jamais avant 13 heures. « La matinée, ce n’est pas la peine, les affiches ne tiennent que quelques minutes. Là, on débarque après le passage de tout le monde et elles peuvent rester tout le week-end », conclut-il.

Et à Aulnay ?

Affiches municipales Gérard Ségura sauvage - 93600INFOS-Alexandre ConanOuvrons le bal, faisons tourner les affiches aulnaysiennes. Gérard Ségura, maire-candidat socialiste, colle ses affiches quotidiennement sur les différents panneaux d’affichage libre. Cependant, ses poseurs ont une fâcheuse tendance à coller un peu n’importe où comme le prouve la photo ci-contre prise sur le chantier du 7ème collège dans le sud de la ville.

Affiches municipales Bruno Beschizza panneau - Aulnaylibre!Bruno Beschizza, candidat UMP aux valeurs sécuritaires et républicaines, cherche à conquérir la mairie en faisant proliférer ses affiches sur les divers panneaux d’affichage libre. Sans faire de mauvaise foi, il semble qu’il n’est que le seul à ne faire mettre ses affiches uniquement sur les panneaux prévus à cet effet. Jusqu’à présent, aucune affiche collée ailleurs n’a été repérée par nos soins.

Affiches municipales Jacques Chaussat sauvage - Aulnaylibre!Jacques Chaussat, le candidat de l’UDI et du MoDem, pose ses affiches également sur les panneaux d’affichage libre, et ce quasi-quotidiennement. S’il gérait d’une main de maître les finances et l’emploi dans la ville, ses colleurs d’affiches ont eux la main un peu grasse sur le pinceau de colle. En effet, il a de nombreuses affiches posées en dehors des espaces autorisés, notamment sur les conteurs électriques. Cependant, ces affiches poussées à l’extrême ne sont placées qu’aux endroits déjà bien cernés par les poseurs d’affiches en tous genres (cirque, concerts, exposition, meetings musulmans, etc…).

Affiches municipales Alain Amédro poubelle - 93600INFOS-Alexandre ConanEnfin, le plus calme des candidats en matière de communication papier, c’est bien sur le candidat écologiste (mais pas que) Alain Amédro. En effet, seuls deux séries d’affiches ont été diffusées dans la ville et elles n’ont pas été collées, ni même placées au même endroit que les autres. En effet, ce matin encore, ses affiches étaient positionnées au ruban adhésif sur les poubelles de la ville. Une manière à lui de communiquer en pensant écologie, tout en évitant de polluer, ses affiches pouvant être mise à la poubelle rapidement et simplement en un coup de main, une fois les événements qu’il annonce passés.