Le Premier Ministre annonce la création d’une version améliorée du plan Vigipirate

Il y a quelques jours, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé la sortie d’un nouveau plan de vigilance, de prévention et de protection Vigipirate. Ce plan rénové reprend notamment les bases de l’actuel plan Vigipirate mais en y associant désormais tous les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre. De plus, le plan est simplifiée avec deux niveaux d’alerte, contre trois jusqu’alors.

Des réservistes du 19e régiment lors d'une mission Vigipirate sou la Tour Eiffel, haut lieu de Paris. - (C) SIRPA Terre/CCH J-B. Tabone
Des réservistes du 19e régiment lors d’une mission Vigipirate sou la Tour Eiffel, haut lieu de Paris. – (C) SIRPA Terre/CCH J-B. Tabone

Le Premier ministre, en présence des Ministres de l’intérieur et de la défense, a annoncé le jeudi 13 février dernier la sortie d’un nouveau plan de vigilance, de prévention et de protection Vigipirate. Une version améliorée d’un plan existant depuis 1978 en France, né à l’origine du président de l’époque: Valéry Giscard d’Estaing. A présent, le plan rénové associe tous les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre, à savoir l’Etat, les opérateurs, les collectivités et l’ensemble des Français. Cette amélioration s’accompagne également d’un logo qui permettra d’identifier auprès des citoyens la mise en œuvre du plan Vigipirate dans l’espace public, là où la vigilance s’impose et où des mesures de sécurité sont imposées temporairement.

Selon le Ministère de l’Intérieur, le plan Vigipirate poursuit trois grands objectifs: « assurer en permanence une protection adaptée des citoyens, du territoire et des intérêts de la France contre la menace terroriste ; développer et maintenir une culture de vigilance de l’ensemble des acteurs de la Nation afin de prévenir ou de déceler le plus en amont possible toute menace d’action terroriste ; permettre une réaction rapide et coordonnée en cas de menace caractérisée ou d’action terroriste, afin de renforcer la protection, de faciliter l’intervention, d’assurer la continuité des activités d’importance vitale et donc de limiter les effets du terrorisme. »

Son origine remonte à 1978, époque où la France et l’Europe étaient confrontées aux premières grandes vagues d’attentats terroristes. Ces événements étaient alors menés par des organisations extrémistes, séparatistes ou soutenus par des pays étrangers. Il se limite alors à une instruction interministérielle qui organise un dispositif centralisé d’alerte permettant la mise en garde rapide au niveau local des autorités administratives, des chefs d’établissements publics et privés, ainsi que l’application par ceux-ci de mesures de vigilance appropriées. Le plan Vigipirate fut par la suite actualisé à plusieurs reprises en 2000, en 2002, en 2003 et en 2006. C’est en 2003 qu’ont été adoptés les 4 niveaux d’alerte répertoriés par couleur (jaune, orange, rouge et écarlate), qui étaient utilisés jusqu’à aujourd’hui. Mais le gouvernement actuel a pris la décision de simplifier ce plan. Ainsi en 2014, le code d’alerte du plan Vigipirate ne comporte plus que deux niveaux d’alerte. Ceux-ci sont matérialisés par un logo visible dans l’espace public.

(C) Ministère de l'Intérieur
(C) Ministère de l’Intérieur