Tract sur le Créa: entre jalousies et divisions, un mandat explosif

Un récent tract a été diffusé sur un blog de propagande électorale au sujet du Créa. Ce tract aurait été diffusé dans les associations utilisant la Ferme du Vieux-Pays, qui est censée devenir le lieu d’implantation du Créa (centre de création vocale et scénique), association reconnue aux quatre coins de notre pays, avec la construction (encore en suspend) d’un centre lyrique. Une infrastructure que craint l’auteur, anonyme, de ce tract. Et il a bien raison. Ce haut lieu de la vie culturelle de notre ville, qui accueille des expositions (Orchidée Passion, Travaux d’élèves de l’EACM ou encore de l’APSA, Patinoire, salons et autres fêtes associatives) pourrait bien se retrouver uniquement consacrée à une seule association. Un favoritisme que ne souhaitent pas les associations. Elles réclament seulement une égalité de traitement. Car ce lieu est devenu officiellement, sous la mandature Ségura, le lieu des associations avec tous les services dont elles ont besoin. La création d’une salle pour y accueillir les activités de quelques associations en est la preuve.

Mais avec le manque d’informations sur l’utilisation future de cette infrastructure, et un avenir donc opaque quant aux lieux que pourront utiliser les autres associations, toutes redoutent. Elles ont peur de voir leur lieu d’accueil détruit, avec les finances de la ville, au profit unique d’une association. Un favoritisme et un climat de tensions, de jalousies, s’est donc installé dans le milieu associatif local. Alors que c’est la joie et le dynamisme de ces associations qui devrait être reconnu et visible. Pas une crainte de la mort annoncée de leurs activités. Et tous les favoritismes exercés durant le mandat du maire sortant ont été source de divisions et de tension dans la ville. Nous pouvons citer l’exemple des emplois communaux, des locations de salles ou encore l’attribution non justifiée d’énormes moyens à des associations sur des critères vagues. Sans parler de l’attribution des logements sociaux. Bref, Aulnay est devenue une ville de jaloux, et de craintif. Il y a de quoi.

Les Créa’tures sur scène l’année dernière pour leur opéra « Lady godiva ». | (C) Créa