Jean-François Copé organise son dernier meeting à Aulnay-sous-Bois ce soir

En pleine affaire Bygmalion, le président démissionnaire de l’Union pour un Mouvement Populaire Jean-François Copé sera ce soir à Aulnay-sous-Bois pour un dernier meeting. Un événement très attendu des membres et sympathisants du parti politique de droite que relaye en grande pompe toute la presse nationale. Mais pourquoi celui qui était présidentiable en 2017 vient il faire un au revoir dans le 93 ? Et quel est l’enjeu de cette dernière rencontre avec les Français en tant que président de l’UMP ?

Ce soir, la salle Chanteloup devrait être comble pour écouter le président démissionnaire de l'UMP, Jean-François Copé. | (C) DR
Ce soir, la salle Chanteloup devrait être comble pour écouter le président démissionnaire de l’UMP, Jean-François Copé. | (C) DR

Ce mercredi 11 Juin, Jean-François Copé tiendra un meeting à Aulnay-sous-Bois. Son dernier comme président de l’UMP. Au lendemain du bureau politique, qui a entériné sa démission de la présidence du parti et qui confirme son remplacement par le trio provisoire des anciens Premiers ministres Alain Juppé/François Fillon/Jean-Pierre Raffarin, l’encore président de l’UMP sera dans la ville de son ami Bruno Beschizza, nouveau maire d’Aulnay-sous-Bois depuis les dernières élections municipales. Une ville que le secrétaire national de l’UMP en charge de la sécurité a conquis à son rival socialiste Gérard Ségura avec plus de 60% des suffrages au second tour. Ce meeting est l’occasion, pour celui qui est président du mouvement jusqu’au 15 Juin prochain, de « parler directement avec les militants, dans une ville emblématique de la victoire de mars 2014 » a affirmé un proche de Jean-François Copé à nos confrères du JDD. C’est également une preuve que le député-maire de Meaux croit encore en son avenir politique, qu’il n’est pas « mort » comme le pensent la plupart de ses « amis » de l’UMP.

Aulnay-sous-Bois, fief de la victoire de l’UMP aux municipales

Le choix de cette ville du 93 pour cet ultime rendez-vous en tant que président de l’UMP n’a pas été fait au hasard. Aulnay-sous-Bois est une ville très symbolique. « Jean-François Copé m’a appelé mercredi dernier pour me proposer d’organiser cette réunion. Je n’ai pas hésité une seconde », raconte Bruno Beschizza à nos confrères de France 3 Paris-Île de France, détaillant la conversation « Tout le monde dit que l’UMP est mauvaise, mais l’UMP a été capable de trouver un mec comme toi pour reprendre une ville comme Aulnay », aurait déclaré Jean-François Copé. Et c’est bien cette « historique » victoire que compte bien revendiquer Jean-François Copé une nouvelle fois ce soir. Car il ne faut pas oublier que c’était dans cette même ville, en avril 2012, que François Hollande alors en campagne présidentielle avait lancé la conquête des quartiers populaires par la gauche. Aulnay, une ville populaire, touchée par la crise avec la fermeture de l’usine PSA cette année. Une ville qui rassemble « l’ensemble des problématiques de la société française » selon son nouveau maire UMP. Une ville qui pourrait être le « laboratoire » des solutions de l’UMP pour l’ensemble de la société. Mais pour le président de l’UMP, c’est aussi une terre qui lui est fidèle depuis son élection à la tête du parti en Novembre 2012. En effet, lors des élections internes de l’UMP pour élire son nouveau président, Jean-François Copé avait été soutenu par les électeurs aulnaysiens avec 51,43% des suffrages contre 48,57% pour François Fillon, son adversaire de l’époque.

Un message pour préciser sa manière de faire de la « politique autrement »

Jean-François Copé, en pleine tourmente de l’affaire Bygmalion, souhaite préciser son message avant sa prochaine traversée du désert. Après les aveux publics de son bras droit, Jérôme Lavrilleux, sur BFMTV, le président de l’UMP fut contraint de démissionner de son poste à la tête du parti. Une affaire de fausses factures, où selon nos confrères du Canard Enchaîné, on « confondait allègrement dépenses du parti et campagnes électorales ». Un dossier trouble et complexe qui est désormais aux mains de la justice. Durant ce meeting, Jean-François Copé devrait proclamer un discours d’environ 35 minutes selon nos confrères du Lab d’Europe 1. « Un peu plus s’il y a des applaudissements » précise France 3 Paris-Île de France. Selon les informations du Lab, Copé « a bossé sur son discours tout le week-end […] durant lequel il ne délivrera « surtout pas un adieu, pas même un au revoir », selon un de ses proches. « Un à bientôt, à la limite », admettent d’autres. L’occasion pour lui d’expliquer ce que son désormais fameux « faire de la politique autrement » veut vraiment dire: prendre du recul, beaucoup, mais ne rien lâcher sur le fond. » L’occasion pour le politique d’attaquer sur le plan des idées, de réaffirmer sa ligne « vraiment à droite », rejetant néanmoins toute alliance avec le Front national. Ce sera ainsi « une manière de faire entendre sa différence avec un triumvirat qui appelle régulièrement à se tourner vers le centre » précisent nos confrères. Un proche de Jean-François Copé a même laché à nos confrères: « Ceux qui disent qu’il faut faire alliance avec le centre sont des gens qui ne connaissent pas le parti. Ils commettent la même erreur que François Fillon en 2012. » Interrogé par France 3 Paris-Île de France, Bruno Beschizza parle lui « d’un au revoir, et qu’ il ne faut pas que ce soit un acte guerrier contre la nouvelle structure de l’UMP, cela ne le sera pas. Il ne doit pas envoyer des piques aux uns et aux autres et il ne le fera pas. Il s’agit de remercier », complète t-il.

Rendez-vous ce soir, mer­credi 11 Juin 2014 à 19h30
, salle Chan­te­loup à Aulnay-sous-Bois.