Daniel Goldberg propose une signalétique « -12 » ou « -18 » sur Internet

Y aura-t-il bientôt des logos « -12 », « -16 » ou « -18 » sur les sites Web, de la même manière que l’on peut en trouver à la télévision ou sur les jeux vidéos ? Telle est en tout cas la question soumise au gouvernement par Daniel Goldberg le mois dernier. Et parce que le web ne doit pas être un espace banni aux enfants, il propose également de mettre en place des extensions en « .enf » et « .ado », lesquelles seraient réservées aux sites de confiance.

Aux yeux du député, le "renforcement" de la protection de l’enfance sur Internet s’avère aujourd’hui "nécessaire". | (C) DR
Aux yeux du député, le « renforcement » de la protection de l’enfance sur Internet s’avère aujourd’hui « nécessaire ». | (C) DR

Pourra-t-on bientôt voir des logos « -12 », « -16 » ou -« 18 » en consultant un site Internet ? C’est en tout cas l’objet d’une proposition déposée le mois dernier par le député socialiste Daniel Goldberg et repérée par nos confrères du site spécialisé NextInpact. Cette mesure pourrait permettre de mieux prévenir le jeune public concernant les contenus qu’ils consultent sur le Web. Un procédé proche de celui appliqué aux boîtes de jeux vidéo ou de celle visible pour certains films et séries à la télévision. « Il n’est pas rare que lors de ses recherches, le jeune public soit confronté à des sites inappropriés » s’est alarmé ainsi l’élu face à la Secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire, en référence probablement aux contenus violents ou pornographiques.

« Cette signalétique devrait être immédiatement visible sur chaque page de chaque site » précise le parlementaire, lequel fait référence aux logos « -10 », « -12 », « -16 », « -18 », et même aux mentions pour les plus jeunes : « -3 » et « -7 ». Il ne s’agit pour l’instant que d’une proposition à laquelle la ministre interpellée, Axelle Lemaire en charge du Numérique, n’a pas encore réagi. Quand au député de la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis, il n’explique pas dans sa question comment serait appliqués ces logos, dans quelles conditions ni les catégories concernées par cette signalétique proposée.

Par ailleurs, le député propose de créer des extensions de noms de domaine « .enf » et « .ado » qui seraient alors réservés aux « sites destinés aux enfants et aux adolescents et devant répondre à des critères de protection de ces publics ». Il serait ainsi plus facile d’identifier un site jugé comme « conforme » pour le jeune public, de la même manière que l’on reconnaît un site en « .gouv.fr » par exemple. « Ce type d’extension serait un moyen de prévention supplémentaire dans la mesure où il permettrait au jeune public et aux encadrants d’identifier immédiatement la nature du site » fait ainsi valoir Daniel Goldberg.

Une telle proposition n’est cependant pas totalement inédite. En effet, Nadine Morano alors Secrétaire d’Etat chargée de la famille, avait déjà proposé un affichage du même type en 2009 dans un rapport de la commission qu’elle dirigeait alors. Cependant, aucune suite n’avait été donnée à cette mesure sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy.