Didier Grojsman, directeur du CREA, promu chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres

En Juillet dernier, le directeur du CREA d’Aulnay-sous-Bois Didier Grojsman s’est vu décerné le grade de chevallier de l’ordre des Arts et des Lettres par la Ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Une distinction honorifique destinée à récompenser les personnes qui se sont distinguées par leurs créations artistiques ou littéraires.

Didier Grojsman s'exprimant au micro d'Oxygène TV en Juin 2013 pour défendre le projet de centre de création vocale et scénique à la Ferme du Vieux-Pays. | (C) Mairie d'Aulnay-sous-Bois

Didier Grojsman s’exprimant au micro d’Oxygène TV en Juin 2013 pour défendre le projet de centre de création vocale et scénique à la Ferme du Vieux-Pays. | (C) Mairie d’Aulnay-sous-Bois

La Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a décerné le mois dernier le grade de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres à Didier Grojsman, directeur du CREA d’Aulnay-sous-Bois. Cette distinction honorifique, décernée deux fois par an pour les Français (en Janvier et en Juillet), comprend trois grades (chevalier, officier et commandeur).

« Pour pouvoir être nommé au grade de chevalier, il faut être âgé de trente ans au moins et jouir de ses droits civils » explique le Ministère sur son site internet. Un décret publié au Journal Officiel défini les conditions d’attributions de la manière suivante: « cet ordre est destiné à récompenser les personnes qui se sont distinguées par leurs créations dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution au rayonnement qu’elles ont apportée au rayonnement des Arts et des Lettres en France et dans le monde ».

Le Conseil de l’Ordre des Arts et des Lettres, qui se réunit trois fois par an, guide le ministre dans ses choix. Il compte 24 membres, avec pour moitié des directeurs d’administration centrale, et pour autre moitié des personnalités nommées pour cinq ans par le ministre. Cette institution compte également un représentant du Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur dans ses rangs. Le Conseil de l’Ordre a pour mission d’étudier l’ensemble des candidatures, collectées et instruites au préalable par la Section des distinctions honorifiques (vérification de l’état civil, du casier judiciaire et des mérites culturels du candidat). Le Conseil de l’Ordre établit ensuite la liste des candidats qu’il estime être dignes d’être distingués. Cette liste est soumise au ministre qui a seul le pouvoir de décerner les grades. Chaque promotion fait l’objet d’un arrêté ministériel qui est ensuite publié au Bulletin officiel des décorations, médailles et récompenses.

Pour rappel, le CREA est une structure d’éveil artistique, vocal et scénique, implanté au Théâtre Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois depuis 1987.  Il ne s’agit ni d’un conservatoire, ni d’une école de spectacle. Cette structure unique en France accueille, sans sélection, quelques 150 jeunes et adultes pour une pratique du chant et des arts de la scène encadrée par des professionnels. Dirigé par son fondateur Didier Grojsman, le CRÉA s’est fait connaître par la qualité et l’originalité du travail vocal et scénique mené auprès des jeunes de 6 à 25 ans et bénéficie d’une médiatisation importante et du parrainage de la célèbre cantatrice Natalie Dessay. Depuis plus de 25 ans, le CRÉA sollicite auteurs et compositeurs pour l’écriture d’opéras. « Cette politique de commande s’accompagne d’un travail de suivi sur le patrimoine de la chanson française. À ce jour, 33 opéras (dont 23 commandes) et 28 spectacles de théâtre musical ont été créés. Leur selection dans le cadre de la programmation jeune public de l’Opéra de Paris / Bastille, du Théâtre du Châtelet, de l’Opéra de Vichy, de l’Opéra de Bordeaux témoigne de la qualité de ces œuvres qui sont reprises ensuite par d’autres structures, dans de nouvelles productions » explique la structure sur son site internet. Par ailleurs, le CREA mène aussi des actions éducatives en milieu scolaire et professionnel, avec notamment un partenariat avec la Fondation Orange. Le nouvel objectif de cette structure serait d’ouvrir un véritable centre de création vocale et scénique, soutenu par l’ancienne municipalité. Un projet qui bénéficie du label « Grand Paris ». Cependant, les financements attendus depuis plus de deux ans de la part du Ministère de la Culture se font, à ce jour, toujours attendre.