Les aulnaysiens vont éviter 30% d’augmentation sur leurs impôts locaux en 2015

Exclusivité 93600INFOS. Alors que l’année 2014 va déjà s’achever, les orientations budgétaires de notre commune pour 2015 commencent à se dessiner. L’exercice s’annonce une fois de plus périlleux et complexe dans un contexte budgétaire toujours plus difficile avec des dotations de l’Etat en constante baisse. Pour 2015, deux solutions s’imposaient à la municipalité: actionner le levier fiscal à hauteur de 30% d’augmentation, ou bien réaliser 10% d’économies sur les dépenses de la ville.

Afin d'éviter une augmentation de 30% des impôts locaux, la ville va devoir réduire ses dépenses de 10% en 2015. | (C) DR
Afin d’éviter une augmentation de 30% des impôts locaux, la ville va devoir réduire ses dépenses de 10% en 2015. | (C) DR

L’élaboration du budget de la ville d’Aulnay-sous-Bois pour l’année 2015 est en pleine préparation. Du côté de la municipalité et des services de la ville, on s’y affaire depuis déjà plusieurs semaines. Il faut dire que la tâche est difficile dans un contexte budgétaire complexe: les dotations de l’Etat aux collectivités territoriales s’amenuisent, et diminueront à un niveau sans précédent l’an prochain, tandis que les missions sont toujours plus nombreuses.

Dans un document interne aux services de la ville que notre rédaction a pu se procurer en exclusivité, il est fait état de la nécessité pour la commune de réaliser « une économie de près de 10% des dépenses de fonctionnement », soit environ 15,45 millions d’euros. Sans ces économies, le maire (UMP) Bruno Beschizza et sa municipalité seront contraint d’augmenter les impôts des aulnaysiens à hauteur de 30% en 2015, et bien plus les années suivantes. Une décision impensable pour l’édile afin de ne pas porter « un coup dur » aux Aulnaysiens et de pouvoir « améliorer l’attractivité de notre territoire ».

Ainsi, un effort et une « gestion qualitative » est demandée à tous les services municipaux, et ce « sur toute la période de la prochaine mandature » explique le document interne. Sont également détaillées les raisons du besoin de réaliser de telles économies: « baisse des dotations de l’Etat ; développement des fonds de péréquations dont la ville est contributrice ; perte de fiscalité liée à la fermeture du site de PSA ; constitution d’un niveau d’autofinancement suffisant afin de stabiliser l’évolution de l’en-cours de dette ; nécessité d’équilibrer la section de fonctionnement sans intégrer les excédents de l’année précédente ».

Justifier chaque dépense et remotiver les agents communaux

Dans un autre document que nous nous sommes procuré, le maire explique aux services la nécessité d’établir « un renouveau du service public » dans la ville. Pour l’édification du budget de fonctionnement, cela se traduit notamment par une justification « euro par euro » de chaque dépense.

« Une attention toute particulière sera demandée, en s’appuyant sur les nécessités de service, sur la maîtrise des heures supplémentaires et de l’enveloppe dédiée aux renforts de personnels systématiquement dépassées depuis quelques années » explique le premier document. Il y a peu, le comptable public a alerté la municipalité sur le poids de ce dernier point sur le budget de la ville. En effet, le dernier diagnostic social laisse apparaître un taux d’absentéisme de 11,03% ce qui est bien au-dessus de la moyenne de la fonction publique territoriale et occasionne un coût de 10 millions d’euros pour la collectivité, soit environ 18% des impôts locaux collectés. Cela explique notamment le poids de la masse salariale, de l’ordre d’environ 60% des dépenses de fonctionnement aujourd’hui.

Dans sa dernière lettre aux aulnaysiens, le maire expliquait que « les agents communaux subissaient un véritable mal-être : manque de considération, harcèlement, recrutements et avancements politiques » durant ces dernières années. L’objectif pour la ville va ainsi être de « renouer un lien de confiance avec les agents qui ne demandent qu’à donner le meilleur d’eux-même au service de la population ». Cela passera par la « mise en place de projets de service, la réaffirmation des règles, la mise en place de primes de fonction et de résultats ».

Planifier les investissements sur le temps et atténuer le recours à l’emprunt

Il a aussi été demandé aux services d’optimiser les ressources en tenant compte des « priorités fixées par la majorité municipale: sécurité ; réussite scolaire, éducative et petite enfance ; propreté et qualité de vie », même si ces axes « devront également faire l’objet d’une réflexion pertinente et efficace afin de répondre au contexte budgétaire défini ». Le maire insiste également dans l’un des documents sur l’importance du « soutien aux adolescents et jeunes adultes d’Aulnay-sous-Bois » qui est « une des priorités » et qui devra donc être « traitée transversalement par tous les services à la population concernés ».

Compte tenu de la nécessité pour la ville de maîtriser la dette, le programme d’équipement et d’investissement « devra se situer autour de 24 millions d’euros par an » explique-t-on en interne, justifiant l’intérêt de réaliser un programme pluriannuel d’investissement « afin de lisser l’effort réalisé sur le patrimoine de la ville ». Cette nouvelle organisation doit aussi permettre « d’atténuer le recours à l’emprunt et d’anticiper les moyens de financement à mettre en place ».