Journée d’animations autour du Cap Vert avec le CCFD ce dimanche à Aulnay-sous-Bois

L'édition 2014 de Bouge ta planète avait attiré plusieurs centaines de personnes à Aulnay-sous-Bois. | (C) Chimel Erche / Paroisses Aulnay
L’édition 2014 de Bouge ta planète avait attiré plusieurs centaines de personnes à Aulnay-sous-Bois. | (C) Chimel Erche / Paroisses Aulnay

L’équipe du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire vous invite, jeunes et moins jeunes, à participer à la journée « Bouge ta planète » le dimanche 12 avril 2015 sur la place de l’église Saint-Sulpice, de 11h30 à 17h00. La journée commencera en musique par des possibilités de repas pas chers, spécialités du Cap Vert, quiches, hot-dogs, gâteaux, boissons à partir de midi. Une équipe Cap Verdienne vous fera connaître et ressentir la vie sociale et économique du pays avec ses problèmes et ses potentialités, tandis que les jeunes des différentes paroisses animeront cette journée par des jeux, des chants, des danses, de la musique, des témoignages, et s’exprimeront sur le podium, avec le concours des plus anciens. Vous pourrez aussi vous mesurer autour d’une table de ping-pong… Alors venez nombreux !

Georges Toussaint

À la découverte d’une famille originaire du Cap Vert

Ils sont venus quelques uns, discrètement, se joindre à la communauté de Saint-Pierre pour les offices. D’autres les ont rejoints jusqu’à former un petit groupe. Leur présence régulière a conduit les membres de l’EAP à faire plus ample connaissance avec eux. Ils sont originaires du Cap Vert et appartiennent, pour la plupart, à la même famille.

Ils nous ont confiés leur souhait de parfaire leur initiation religieuse que les impératifs de la vie avaient laissé inachevée. Ils ont bien naturellement reçu les sacrements de Baptême et d’Eucharistie pour les plus jeunes ; ados et jeunes adultes ont été confirmés ou préparent la Confirmation. A l’approche de la journée du CCFD – Terre Solidaire qui sera dédiée à leur pays d’origine, Maria, Bruno, Helder, Marta-Marie, Nataniel, Djamila, Jessica-Monica… ont accepté de répondre.

Que faites-vous ici ? Nous sommes venus en France pour trouver le travail qui manquait là bas. Si nous formons un groupe familial, c’est que les premiers arrivés ont trouvé les conditions favorables à leur installation.

Quelles sont vos réalités de vie ? Beaucoup d’entre nous travaillent dans l’entretien industriel. C’est un métier ingrat, avec des horaires difficiles et des contraintes qui ne permettent pas d’avoir la régularité que nous souhaiterions pour les offices et les réunions. Mais ce travail nous permet de faire vivre notre famille et nous donne l’espoir pour nos enfants d’avoir une formation meilleure.

Vu d’ici, que pensez-vous de votre pays d’origine ? Ce pays est pauvre mais il demeure celui de nos racines, même s’il y fait trop chaud, intervient Ryan (le jeune fils de Maria) ; nos parents et beaucoup de personnes de notre famille y résident ; d’autres y sont enterrés. Nous y retournons dès que nous avons les moyens de le faire. Nous entretenons notre culture et nous aimons la partager.

La Foi reçue là-bas est-elle différente de celle reçue ici ? La foi est personnelle, reçue là-bas ou ici c’est la même chose. En revanche, c’est initiation chrétienne qui là bas est très rigoriste, ancrée dans des traditions qui ignorent l’évolution des modes de vie et qui excluent plus qu’elles ne rassemblent. C’est pourquoi nous avons confiance dans notre pape François et son souhait d’évolution.

Christian Dutheuil

Articles initialement publiés dans la revue catholique Trait d’Union ce mois-ci