Une église d’Aulnay-sous-Bois aurait pu être visée par un attentat

Alors qu’une voiture avec à l’intérieur un arsenal d’armes a été retrouvée mercredi soir à Aulnay-sous-Bois, dans le cadre de l’enquête sur les attentats déjoués de Villejuif, les services de police étudient une nouvelle piste inquiétante. Selon les informations du Figaro, une église catholique d’Aulnay-sous-Bois aurait pu être touchée par un attentat terroriste dirigé depuis la Syrie.

L'église Saint-Jean, qui se situe dans la galerie Surcouf, se trouve non loin de la cité de l'Europe. | (C) Paroisses d'Aulnay

L’église Saint-Jean, qui se situe dans la galerie Surcouf, se trouve non loin de la cité de l’Europe. | (C) Paroisses d’Aulnay

Et si une église d’Aulnay-sous-Bois avait aussi été visée par Sid Ahmed Ghlam ? C’est en tous cas se que pensent les enquêteurs qui travaillent actuellement sur le parcours meurtrier du potentiel terroriste interpellé dimanche dernier à Paris. Alors qu’ils sont toujours en train de passer au peigne fin un véhicule trouvé dans la ville, dans une rue située non loin d’une église catholique au coeur de la cité de l’Europe.

De nombreuses armes retrouvées dans une voiture garée en pleine rue

Il faut dire que c »est dans cette ville que le terroriste présumé a récupéré son arsenal dans le coffre d’un véhicule, quelques jours avant son équipée sanglante qui a coûté la vie à Aurélie Châtelain. Selon les enquêteurs, Sid Ahmed Ghlam devait y prendre les armes dans le coffre de la voiture, à la demande de son mystérieux commanditaire qui donnait vraisemblablement ses ordres depuis la région Syrienne. Pour entrer dans le véhicule, il devait utiliser la clé qui était dissimulée dans une cachette proche.

Selon nos confrères de l’Agence France Presse, « la section antiterroriste de la Brigade criminelle de Paris l’aurait fait remorquer pour des analyses poussées, afin d’identifier les empreintes digitales et les traces d’ADN éventuellement laissées dans et sur le véhicule, mais aussi pour remonter le pedigree de cette voiture, probablement volée ». Si des indices sont retrouvés au sein de la voiture, ils mèneront sans doute au réseau logistique de l’opération qu’envisageait de mener le suspect. Dès lors, c’est le démantèlement de toute une filière qui pourrait se faire au cours des prochaines semaines. Pour un policier du secteur, il n’est guère étonnant que le véhicule contenant les armes ait été retrouvé dans la cité de l’Europe: « C’est une cité connue pour le trafic de drogue dur, mais aussi le recel et le trafic d’armes » explique t-il.

Lutter contre les trafics, c’est aussi lutter contre le jihadisme

Mais selon Le Figaro, « la police cherche à vérifier une autre information: une église d’Aulnay-sous-Bois aurait également pu figurer parmi les cibles potentielles de ce réseau apparemment téléguidé depuis la Syrie ». Vu l’emplacement géographique du véhicule retrouvé, il pourrait s’agir de l’église Saint-Jean installée au Galion à quelques centaines de mètres de là.

Hier, le maire (UMP) d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza se voulait rassurant sur les ondes d’RMC: « Il n’y a pas une filière syrienne sur l’Île de France » a-t-il affirmé, indiquant qu’ « Aulnay-sous-Bois n’est pas devenu la base arrière du jihadisme en Île de France ». Pour lui, si des terroristes « ont besoin d’une kalachnikov, ils vont voir l’ancien copain de la cité pour avoir le matériel ». L’édile rappelait également qu’il n’y aura « pas de lutte efficace contre le jihadisme sans lutte contre la drogue » et les trafics d’armes, surtout si « la justice ne passe plus sur nos territoires. Les policiers y vont dans ces territoires, mais quand ils interpellent quelqu’un et que le type est remis dehors, il y a un sentiment d’impunité qui s’installe. »



mm

Fondateur du site d'informations locales 93600INFOS.fr. Etudiant en communication.


  • anonym936000

    impossible , a peine arriver au galion il se serait fait allumer