Le stade nautique de Coursaille ne rouvrira pas

Cette semaine, le maire d’Aulnay-sous-Bois a adressé aux habitants une lettre pour revenir sur la situation du stade nautique de Coursaille, fermé depuis septembre dernier en raison d’un risque d’effondrement de la toiture. Aujourd’hui, les expertises rendues sont sans appel: le site ne peut être ouvert dans l’engagement de lourds travaux aussi bien coûteux en terme d’argent que de temps. Des efforts qui ne permettraient alors d’augmenter la durée de vie de l’actuelle piscine que d’une dizaine d’années. Dès lors, la réalisation d’un nouveau centre nautique de sport et de détente se profile.

Près de 7 millions d'euros de travaux sont nécessaires pour une simple remise aux normes. | (C) Google Maps.

Près de 7 millions d’euros de travaux sont nécessaires pour une simple remise aux normes. | (C) Google Maps.

Fermé depuis le 14 septembre dernier, le stade nautique de Coursaille d’Aulnay-sous-Bois édifié en 1968 ne rouvrira pas. C’est ce qu’a annoncé le maire (Les Républicains) d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza dans une lettre adressée aux aulnaysiens cette semaine. Cet équipement « a subi un important sinistre avec l’apparition d’une fissure sur la poutre centrale de la charpente retenant l’ensemble de l’édifice » explique l’élu, détaillant également que cette « fissure est de nature à provoquer l’effondrement de la structure ». Dès lors, un arrêté d’urgence interdisant l’accès de ce site au public a été pris par le maire afin de garantir la sécurité des usagers fréquentant la piscine de la rue Gaspard Monge. Bruno Beschizza explique avoir « diligenté plusieurs expertises par des bureaux d’études spécialisés » dont les « conclusions sont claires »: une réouverture de l’équipement n’est pas envisageable « sans entamer des travaux d’une telle ampleur et d’une telle durée que la question d’une nouvelle construction se pose ».

L’actuelle piscine s’approche de sa date limite de vie

Ce complexe sportif de 2.300 m2 s’étendait sur un terrain de près de 3 hectares de verdure. Composé de deux parties distinctes, l’une extérieure ouverte uniquement en été et une intérieure ouverte le reste de l’année, la piscine d’Aulnay-sous-Bois est aujourd’hui âgée de près de 50 ans. Cette ancienneté peut expliquer l’usure du bois de la charpente. « Les rapports d’experts montrent qu’au moins deux causes peuvent être identifiées : le vieillissement du bois dû aux années d’exposition à des températures trop élevées ainsi qu’un taux d’humidité du matériau insuffisant qui le rend fissible » est-il expliqué dans la lettre.

Des travaux de remise aux normes coûteux et peu avantageux sur le long terme

Mais au-delà de la réfection totale de la charpente rendue nécessaire par cette fissure, ce sont les travaux de mise à niveau de l’équipement rendus obligatoires par les nouvelles réglementations qui compliquent les conditions de réouverture du site, ne serait-ce qu’en partie. Mise en accessibilité pour les personnes en situation de handicap, mise aux normes de l’électricité, réfection des façades, de la filtration, des abords des bassins et même
du parking sont autant de travaux qui n’ont jamais été réalisés ces dernières années et qui rendent l’opération très coûteuse en terme d’argent, mais aussi de temps. « Malheureusement, ces travaux sont aussi nécessaires et obligatoires pour le bassin extérieur qui ne répond pas non plus aux normes réglementaires » explique le maire, mettant ainsi un terme aux potentiels espoirs de réouverture des espaces extérieurs pour l’été.

Vers un nouveau centre nautique flambant neuf

Des travaux de remise à niveau, dont les premières estimations soulignent un coût cumulé de plus de 10 millions d’euros, n’allongerait la durée de vie de la piscine que d’une dizaine d’années au maximum étant donné l’ancienneté de la construction. « Au-delà du prix, c’est surtout le temps nécessaire
aux travaux, de l’ordre de plusieurs années, qui font que la construction d’un nouveau centre nautique est un meilleur choix sur le court et long terme » explique t-on en mairie. Dès lors, « pour un coût d’un peu plus de 20 millions d’euros, avec un temps de réalisation équivalent à celui d’une remise à niveau du centre existant, c’est un équipement qui aurait une durée de vie de 50 ans dont sera doté notre ville » avec un tel investissement.

Le souhait d’un espace de détente et de sport ouvert à tous

La municipalité envisage alors l’édification d’un véritable centre dédié au sport et à la détente. Jusqu’alors, la piscine d’Aulnay-sous-Bois ne proposait uniquement que des couloirs de natation et des bassins de plongée avec un petit espace dédié aux tout petits. « Plus qu’un empilement de différents bassins, la volonté de la municipalité est de faire de ce futur centre nautique un véritable complexe de loisirs dédié au sport mais aussi à la détente.
En plus d’un bassin de natation avec 8 couloirs et des plongeoirs, un bassin d’initiation sera prévu pour permettre, notamment aux plus jeunes, d’apprendre à nager. Pour les tout petits et afin de profiter de moments en famille, ce complexe sera aussi équipé d’un bassin de loisirs, mais aussi d’une pataugeoire qui seront tous deux équipés de jeux d’eau » est-il expliqué. Il est ainsi envisagé l’organisation de « prestations diversifiées avec par exemple un espace de remise en forme avec sauna, hammam, espace de relaxation, spa, salle de fitness, cardio-training et bien sûr musculation ».

Un coup dur incontournable pour les finances de la ville

Cependant, ces dépenses imprévues sont un véritable coup dur pour la ville dans un contexte budgétaire serré avec des dotations de l’Etat en nette baisse depuis quelques années. Malgré tout, un tel investissement s’avère nécessaire compte tenu des nombreux usagers quotidiens (près de 1 250
élèves en école primaire et plus de 900 élèves en collège et lycée y venaient chaque année) et des deux associations principalement impactées par la fermeture de cet équipement (Aulnay Sport Natation et Hydronautes de France 93). C’est pourquoi Bruno Beschizza indique dans sa lettre souhaiter le « lancement de ce projet à travers un dispositif innovant et aussi neutre que possible pour les finances de la ville » en évoquant la solution d’une « délégation de service public » par exemple. Par ailleurs, la ville s’est également portée candidate pour accueillir la piscine des Jeux Olympiques de 2024 dans le cadre de la candidature de la ville de Paris pour l’organisation de cet événement sportif international. Si Aulnay-sous-Bois parvenait à obtenir une telle infrastructure, de nouvelles sources de financement pourraient alors être trouvée permettant à la ville de se doter d’un équipement de très haut niveau tout en évitant de dépenser une très large somme.