La dégradation des conditions de travail conduisent le Lycée Jean Zay à une grève ce lundi

Dans un communiqué de presse, les enseignants du Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois ont annoncé l’organisation d’un mouvement social local pour la journée du 12 Octobre prochain. La cause du conflit: des désaccords avec la nouvelle direction du lycée, la dégradation du climat interne et les restrictions budgétaires drastiques appliquées depuis la rentrée. Options éducatives, formations au secourisme et projets pédagogiques sont menacés expliquent les professeurs.

Le Lycée Jean Zay d'Aulnay-sous-Bois dispose d'une réussite importante au bac qui fait sa renommée dans tout le 93. | © 93600INFOS.fr/Alexandre Conan
Le Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois dispose d’une réussite importante au bac qui fait sa renommée dans tout le 93. | © 93600INFOS.fr/Alexandre Conan

Lundi 12 Octobre, les professeurs du Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois mèneront un mouvement social à l’initiative des syndicats FO, SNES et SUD pour protester contre « une dégradation brutale des conditions de travail ». Depuis la rentrée de Septembre, la direction de l’établissement a changé, les priorités et méthodes aussi.

Selon les enseignants, « la logique de la direction de l’établissement, du rectorat et plus généralement de l’éducation nationale » est de « faire des économies à tout prix ». Alors que le lycée est menacé de perdre sa classification en Zone d’Education Prioritaire dans les prochains mois, l’équipe pédagogique dénonce « des réductions de budget et de l’autonomie accrue des établissements » qui se traduit en cette rentrée par des décisions injustes au sein de l’établissement.

Suppression de formations, d’options et surcharge dans les classes

La « recherche frénétique de diminution des budgets se traduit ainsi : augmentation continue du nombre d’élèves par classes quel que soit le niveau : de 30 à 35 élèves en Terminale et des groupes de langue à plus de 25 ; suppression de la formation secourisme au Lycée dès cette année pour les personnels et dès l’an prochain pour les élèves ; diminution du nombre d’élèves en portugais – certains élèves sont désinscrits malgré leur volonté de choisir cette option – l’option elle-même est menacée ; l’option tennis est menacée de disparaître; fin des redoublements qui permettaient pourtant de sauver des élèves ayant besoin de plus de temps pour acquérir certaines connaissances ; voyages, sorties et projets menacés » expliquent les professeurs réunis en assemblée générale cette semaine.

Mais c’est la banalisation de journées mensuelles dites « d’entraînement » qui a fait le plus bondir les enseignants. « La direction de l’établissement, dans la plus grande confusion et avec autoritarisme, prétend imposer ses vues à tous les professionnels qui ont fait la réputation de notre Lycée. Ainsi, sans considération pour l’avis et l’expérience des enseignants, elle prétend supprimer 6 journées de cours pour imposer à dates fixes des évaluations. Comment imposer à des enseignants des dates fixes sans tenir compte de leur calendrier d’avancement dans le programme et dans la méthodologie ? Notre organisation de devoirs communs et bacs blancs, déjà existante et fonctionnelle, a été remise à plat sans concertation préalable » rappellent-ils.

Une réussite rodée qui risque de s’enrailler cette année

La réussite de l’établissement au baccalauréat n’est plus à démontrer. En 2014, le Lycée Jean Zay affichait un taux de réussite de 84,3 % et l’obtention de 12 mentions Très Bien. Preuve suprême de l’excellence des enseignements, quatre élèves de l’établissement sont entrés à Sciences Po cette année là. Et même situation cette année avec l’entrée de quatre nouveaux « jeanzéens ». Ces résultats étaient dus à une politique éducative rodée basée sur la réussite et l’épanouissement des élèves à travers l’organisation de projets lycéens et d’initiatives citoyennes. Mais en cette rentrée, les temps s’annoncent sombres pour l’établissement avec l’oubli de ces valeurs par une direction nouvelle. Le risque est de voir les résultats arriver en net recul en Juin prochain. « L’esprit de Jean Zay » tant mis en avant ces dernières années par l’ancienne direction n’est visiblement plus présent.

Selon nos informations, les élèves devraient rapidement se mobiliser aux côtés des professeurs et des parents à travers l’organisation d’une pétition, en condamnant toute fois toute forme de blocus qui pourrait être envisagé par certains. Ce mode d’action par la violence et la force « décrédibiliserait l’action collective » en cours explique Alexandre Conan, représentant lycéen. « L’option du dialogue appuyée par le soutien écrit des élèves doit être une priorité pour sortir l’établissement du conflit en cours au plus vite. La force ne doit être employée qu’en ultime recours » précise t-il. « J’appelle les élèves à rester dans la mesure et à ne pas bloquer l’établissement cette semaine. Le coeur du conflit est de justement éviter la suppression de journées d’enseignements par la direction. Réaliser un blocus serait contraire aux revendications avancées » conclut-il.

 

NDLR: Afin d’éviter tout conflit d’intérêt, Alexandre Conan qui est le fondateur du site 93600INFOS.fr et parallèlement élève au Lycée Jean Zay n’a pas participé à la rédaction de cet article hormis au cours d’une rapide interview en tant que représentant lycéen.