Dossier : Aulnay-sous-Bois préserve son patrimoine

La Ville d’Aulnay-sous-Bois est riche d’un patrimoine bâti et végétal exceptionnel en région parisienne. Ce patrimoine de caractère, constitué au fil des époques, a permis à notre Ville de se forger une identité. L’actuelle municipalité œuvre à la protection et la valorisation de ces pépites qui font d’Aulnay-sous-Bois cette ville agréable à vivre que nous apprécions tous. 93600INFOS.fr revient sur ces actions de sauvegarde de notre héritage.

Depuis son élection en 2014, le Maire Bruno Beschizza défend et protège les zones pavillonnaires contre l’appétit des promoteurs immobiliers qui fut longtemps cautionné par l’ancienne municipalité. Dès 2015, le Maire et son équipe ont mené une révision du Plan Local d’Urbanisme, document qui structure et définit les règles de construction dans la ville. Cette révision permet de préserver ce tissu pavillonnaire qui forme le poumon de notre ville. Pour éviter des ruptures esthétiques, une charte architecturale, urbanistique et environnementale a été mise en place, comprenant des exigences adaptées à chaque quartier, en terme de gabarit, d’implantation et de style.

Le développement nécessaire d’Aulnay-sous-Bois ne doit ainsi pas entrer en contradiction avec la protection de ce qui est un atout formidable pour notre ville et son cadre de vie. Ce développement doit s’appuyer non seulement sur les pôles de centralité existants (pôle gare, vieux-pays, rose des vents…) et futurs (Place Jean-Claude Abrioux, gare du Grand Paris Express, quartier hybride sur PSA), mais aussi se concentrer le long des axes structurants (rue Jules Princet et route de Mitry (RD115), rue Jacques Duclos (RD44), boulevard Marc Chagall et rue Paul Cézanne (RN2), avenue Raoul Duffy (RD40), avenue Suzanne Lenglen (RN370). Le développement doit être ciblé et les transitions urbaines améliorées, en tenant compte du tissu urbain existant, notamment en diminuant les ruptures urbaines.

INTOX ! Beschizza ne poursuit pas le bétonnage de l’ancienne municipalité

En 2014, Bruno Beschizza avait durement critiqué le bétonnage inconsidéré mené dans tous les quartiers de la Ville, souvent en pleine zone pavillonnaire, par l’ancienne municipalité. La réalité, aujourd’hui, c’est que l’actuelle municipalité a freiné le bétonnage lancé par l’ancien Maire et est en conflit sur certains engagements pris avec l’Etat. Le Maire doit ainsi poursuivre la construction d’un minimum de logements, à un niveau cependant bien moindre que celui prévu avant son arrivée. 210 permis de construire ont ainsi été refusés depuis avril 2014 afin d’arrêter le « mitage » de la zone pavillonnaire. La construction de nouveaux logements sociaux a également été suspendue, se contentant seulement d’une reconstitution de l’offre démolie. Aulnay est déjà constituée de 38% de logement sociaux, soit bien plus que les 25% imposés par la loi.

 

C’est du concret : Depuis 2014, des bâtisses historiques protégées

Villa Pascarel – 3 rue Jacques Duclos

Acquise en 2015 par la Ville, cette construction en briques rouges a été rénovée et réaménagée afin d’y accueillir les locaux du CREA, le centre de création vocale et scénique d’Aulnay-sous-Bois. Cette bâtisse fût construite en 1939 au 3 route de Gonesse par Georges Frottiée, issu d’une famille d’agriculteurs bien connue à Aulnay, pour héberger sa fille et son mari, le Docteur Georges Pascarel. Elle se trouve à l’emplacement du château d’Aulnay démoli en 1907. L’implantation du CREA dans la Villa Pascarel redonne au lieu sa vocation artistique initiée par Jules Princet en 1906, qui avec son « Théâtre aux champs » entame une expérience théâtrale originale, en conjuguant le talent de personnalités du monde littéraire avec la participation d’acteurs bénévoles aulnaysiens.

Revendu à des particuliers, le pavillon du rond-point Henri Dunant a été restauré et embelli.

Pavillon – 2 rond-point Henri Dunant 😍

La demeure du 2 rond-point Henri Dunant fait partie de ces constructions remarquables qui constituent l’Histoire de notre ville. Cette construction de la fin du 19ème siècle, d’inspiration renaissance, est particulièrement représentative des résidences de campagne qui ont marqué les premières heures du lotissement du Parc. Implantée dans l’axe de l’avenue Jean Jaurès, elle présente un point de fuite composé d’une fine tourelle personnalisée de nombreux décors : corniche, épis de faitage, panneaux en grès émaillés… En 1907, l’ascension d’un ballon de 500 m3 sur cette place marquera l’Histoire d’Aulnay-sous-Bois et formera une attraction extraordinaire pour les aulnaysiens. La municipalité a revendue cette bâtisse en 2017 à des acquéreurs qui ont su la rénover avec soin en conservant ses principales caractéristiques patrimoniales à l’extérieur.

 

Pavillon Dordain – 3 rue Charles Dordain

Ce pavillon en meulière situé à proximité de la rue Anatole France et de la gare RER a été sauvegardé par la Ville de l’appétit des promoteurs. Il abritera courant 2018 une Maison des projets, ouverte aux habitants, composée de 2 salles d’exposition autour des grands projets de la Ville. Le déménagement prochain de l’Office de Tourisme dans ces locaux permettra également de donner une dimension culturelle et attractive à cette bâtisse emblématique de l’architecture présente dans le tissu pavillonnaire aulnaysien. La création d’une Maison des projets dans ce lieu est une forme de retour aux sources. Autrefois, la Direction de l’Urbanisme était implantée dans ce bâtiment.

Laiterie Garcelon – avenue de la Croix-Blanche / du Clocher 😍

Ce terrain a accueilli durant de nombreuses années un relais de chasse pour des Parisiens en quête de villégiature à Aulnay suite à l’arrivée du chemin de fer. La construction d’origine sera complétée durant l’Histoire par des bâtiments à vocation agricole. Une boutique destinée à la vente du lait fabriqué sur place sera ensuite aménagée dans le prolongement d’un café. Cette exploitation familiale, tenue par Jeanne Terrisse et Géraud Léon Antonin Garcelon, restera en activité jusque dans les années 1960. Pour le protéger de la spéculation foncière, la ville a récemment acquis cet espace pour en faire, demain, un équipement à destination de la jeunesse et un restaurant gastronomique. Mêlant découverte des sens et éducation, ce lieu pourrait également comporter une ferme et un jardin pédagogique.

 

D’autres demeures ont aussi été protégées…

 

INFO ! De futurs pavillons rue des Saules 🙂

La municipalité souhaite la construction de pavillons sur plusieurs parcelles allant du 12 au 16 bis rue des Saules. Ces parcelles sont aujourd’hui occupées par un petit pavillon, un hangar désaffecté et un terrain vague non bâti. Un tel projet permettrait de revaloriser cette rue et de prolonger la zone pavillonnaire existante.

 

INTOX ! La Ville n’a pas oublié le terrain de la Croix-Blanche

La précédente municipalité avait pour projet de bétonner avec violence et sans concertation le terrain de l’ancien hôtel des impôts situé avenue de la croix-blanche. Comme il s’y était engagé auprès des riverains en 2014, Bruno Beschizza a stoppé le projet de construction d’immeubles. La Ville recherche aujourd’hui un projet viable financièrement qui s’intègrerait au mieux dans le quartier, en respectant les attentes de services de la population (mairie annexe, petite enfance, locaux associatifs…) et la nécessité de s’intégrer dans l’urbanisme du quartier. Tout aménagement envisagé sera mené en concertation avec les habitants. Aujourd’hui, le site est occupé par la base de vie du chantier mené sur le réseau d’assainissement du secteur, ce qui permet de limiter au maximum l’impact sur la circulation et le stationnement dans le quartier.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *