Lutter contre le décrochage scolaire, une priorité au collège Christine de Pisan

La semaine dernière, une charte a été signée au collège Christine de Pisan d’Aulnay-sous-Bois entre le conseil général et l’académie de Créteil afin de lutter contre les élèves en décrochage scolaire. Le dispositif, créé en 2008 et étendu désormais à 26 communes du territoire et près de 80 collèges, permet une prise en charge éducative des élèves exclus de leur établissement par des adultes.

Stéphane Troussel (à gauche) et Jean-Louis Brison (à droite) ont signé jeudi dernier la poursuite du dispositif lancé en 2008 à l'initiative du Conseil Général. | (C) Conseil Général de la Seine-Saint-Denis
Stéphane Troussel (à gauche) et Jean-Louis Brison (à droite) ont signé jeudi dernier la poursuite du dispositif lancé en 2008 à l’initiative du Conseil Général. | (C) Conseil Général de la Seine-Saint-Denis

Poursuivre la lutte contre le décrochage scolaire. Voilà l’objectif de la charte signée jeudi dernier entre Stéphane Troussel, président du conseil général de la Seine-Saint-Denis, et le directeur académique, Jean-Louis Brison. Le dispositif, créé en 2008, permet une prise en charge éducative des élèves exclus de leur établissement par des adultes qualifiés dans un lieu d’accueil dédié. La nouvelle charte, signée au collège Christine de Pisan à Aulnay-sous-Bois, permet  d’étendre cet accompagnement des collégiens temporairement exclus à 26 communes du département, soit près de 80 collèges.

Faire de l’exclusion un temps utile aux jeunes

Une des sanctions disciplinaires prises à l’égard de certains collégiens consiste à les exclure temporairement de leur établissement. Cependant, « cette mesure laisse trop souvent ces élèves sans encadrement » pour le conseil général, qui ajoute que « ses effets sont parfois contre-productifs ». Ainsi, pour éviter le décrochage, « le Département, en partenariat avec des associations locales, les villes et l’éducation nationale met en place la charte ACTE pour ne laisser aucun jeune livré à lui-même lors de son exclusion et faire de ce temps un temps utile. » Selon le conseil général, « les acteurs éducatifs constatent un renforcement de la crédibilité du discours des adultes et de l’école en général, la réduction du niveau de réexclusion et l’amélioration du climat scolaire » et ce grâce au dispositif, financé à hauteur de 460 000€ par le département pour l’année scolaire 2013-2014. ACTE est un dispositif mené grâce à l’action et aux moyens du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, de la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale et du Fonds social européen. De plus, ce projet a été lauréat des Prix Territoriaux GMF/La Gazette en 2011, permettant de promouvoir l’efficacité des équipes pour améliorer le service public.